Petits oiseaux de Yôko Ogawa {MRL14}

« Il avait ramassé les cristaux de mots qui s’étaient échappés du gazouillis des oiseaux »

Cette année encore, j’ai eu le plaisir de participé au Match de la Rentrée Littéraire organisé par PriceMinister !!!

Mon choix, c’est porté sur le livre de Yôko Ogawa : Petits Oiseaux . Je ne connais pas cette auteure et je me suis laissé séduire par le résumé du livre.

« Il est le seul à pouvoir apprendre la langue pawpaw afin de communiquer avec son frère ainé, cet enfant rêveur qui ne parle que le langage des oiseaux, n’emploie que ces mots flûtés oubliés depuis longtemps par les humains.

Après la mort de leurs parents, les deux hommes demeurent ensemble dans la maison familiale. D’un gentillesse extrême, l’aîné, qui ne travaille pas , se poste chaque jour contre le grillage de la volière de l’école maternelle. Peu à peu, la directrice remarque son calme rassurant pour les oiseaux, sa façon subtile de les interpeler, et lui confie l’entretien de la cage.

Quant au cadet, régisseur de l’ancienne résidence secondaire d’un riche propriétaire du pays, le jardin de roses, les boiseries des salons, la transparence des baies vitrées sont à la mesure de son attachement pour les lieux de mémoire.

Parfois, les deux frères décident de « partir en voyage ». Valises en main, ils font halte devant la volière. Ravis de palabrer avec les moineaux de Java, les bengalis ou les canaris citron, ils oublient dans l’instant tout projet de départ. Un jour pourtant le calme du quartier semble en danger, une enfant de l’école disparaît. »

 

Une histoire qui s’écoule lentement au gré des saisons, deux frères en marges de la société qui vivent leur vie en laissant passer le monde et en inventant le leur.

Un monde fait de petits rituels : le sandwich au pain de mie du midi, l’achat de la sucette du mercredi, les soirées devant la radio, les « voyages » et surtout écouter et observer les oiseaux !!!

Un monde qui se chamboule et évolue à la mort du frère ainé, le cadet qui apprend à vivre seul dans un monde qui à continué sa folle course sans lui.

Je ne connaissais pas l’auteure  et je ne savais pas à quoi m’attendre en le lisant, j’ai été agréablement surprise, je ne pensais pas que pourrais me laisser embarquer dans le récit de ces, puis de cette vie hors du temps, même si parfois, je guettais un rebondissement qui aurait accéléré le rythme du livre. Une écriture simple, des mots qui s’égrènent lentement, une histoire empreinte de poésie, de délicatesse, qui se savoure tranquillement.

Yôko Ogawa sait trouvé les mots pour nous conter cette histoire singulière.Une histoire qui donne envie de sortir et d’écouter intensément le chant des oiseaux.

IMG_2808

 » Le chant limpide se poursuivait à l’infini, avec une transparence presque irréelle, sans pour autant manquer de relief. Et sa douceur effleurait gentiment les tympans. Les particules de son jaillissaient soudain du bec dans toutes les directions, se poursuivant vers les lointains d’une manière inattendue, roulant en cascades, et leur résonance n’avait pas disparu que déjà d’autres particules suivaient. Les résonances qui se chevauchaient s’exprimaient d’une manière encore plus fine, source d’harmonies que personne n’aurait pu noter sur une partition »

Qualité d’écriture : 4,5/5

Plaisir à la lecture : 4,5/5

Originalité du livre : 5/5

Publicités

2 réflexions au sujet de « Petits oiseaux de Yôko Ogawa {MRL14} »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s